Mais qu’est-ce qui m’occasionne ce mal de dos ?

Pourquoi le mal de dos ?

Le mal de dos ou plus scientifiquement appelé la lombalgie est la cause la plus fréquente d’arrêts de travail. Il est toujours extrêmement dérangeant et peut même être aliénant.

Il peut être la cause d’un accident, d’une activité physique intense ou d’une prédisposition physique.

Le mal de dos affecte des personnes de tous âges pour différentes raisons. Il est évident qu’avec l`âge les chances de développer un mal en bas du dos augmentent, ceci est causé par des années d’activités physiques plus ou moins bien gérées ainsi qu’à la dégénérescence des disques intervertébraux.

Les maux en bas du dos sont liés à la colonne lombaire osseuse, aux disques intervertébraux, aux ligaments, à la moelle épinière, aux nerfs, aux muscles en bas du dos, aux abdominaux, aux organes internes et même à la peau de la région lombaire.

Les maux en haut du dos sont causes par des problèmes d’aorte, une tumeur aux poumons ou à l’inflammation de la moelle épinière.

Les Causes

Des problèmes à la colonne vertébrale comme l’ostéoporose peut conduire à un mal de dos.

Le dos humain est composé d’une structure extrêmement complexe de tendons, de muscles de disques et d’os qui travaillent de concert pour supporter le corps tout en nous permettant de bouger.

Les segments de colonne vertébrale sont recouverts de coussinets que l’on appelle disques.

Un problème avec un quelconque de ces composants peut mener à un mal de dos. Les interactions sont tellement complexes que dans certains cas il n’est pas possible d’en isoler la cause.

Les dommages peuvent avoir été causés entre autre, par la tension musculaire, les antécédents médicaux ou la mauvaise posture.La tension musculaire

La lombalgie découle souvent d’une tension musculaire excessive ou d’une blessure.

Les causes les plus courantes sont les suivantes :

  • Muscles ou ligaments tendus
  • Spasmes musculaires
  • Tension musculaire
  • Disques intervertébraux endommagés
  • Blessures, fractures ou chutes.

Les activités qui peuvent mener à des tensions musculaires ou des spasmes sont les suivantes :

  • Soulever quelque chose d’une mauvaise façon
  • Soulever quelque chose de trop lourd
  • Faire un faux mouvement

Problèmes structuraux

Un bon nombre de problèmes structuraux peuvent aboutir à un mal de dos, en voici les principaux :

  • Sciatique: une douleur intense commençant dans la fesse et se prolongeant souvent jusqu’au pied causée par une hernie discale.
  • Rupture d’un disque intervertebral: chaque vertèbre de la colonne est protégée par un disque. Si un disque venait à se rompre, une pression importante s’appliquerait aux nerfs, il en résulterait une douleur au dos.
  • Disques bombés : De la même manière que les disques rompus, un disque bombé peut entraîner plus de pression sur un nerf.
  • Arthrite : L’arthrose peut causer des problèmes aux articulations des hanches, du bas du dos et d’autres endroits. Dans certains cas, l’espace autour de la moelle épinière se rétrécit. C’est ce qu’on appelle la sténose spinale.
  • Courbure anormale de la colonne vertébrale : Si la colonne vertébrale se courbe d’une manière inhabituelle, il peut en résulter des douleurs dorsales. Un exemple est la scoliose, dans laquelle la colonne vertébrale se courbe sur le côté.
  • Ostéoporose : Les os, y compris les vertèbres de la colonne vertébrale, deviennent cassants et poreux, ce qui augmente le risque de fractures par compression.
  • Problèmes rénaux : Les calculs rénaux ou les infections rénales peuvent causer des maux de dos.

Mouvement et posture

Les maux de dos peuvent aussi résulter de certaines activités quotidiennes ou d’une mauvaise posture.

En voici quelques exemples :

L’adoption d’une position assise très cambrée lors de l’utilisation d’un ordinateur peut entraîner une augmentation des problèmes de dos et d’épaules avec le temps.

  • contorsion
  • toux ou éternuements
  • tension musculaire
  • sur-allongement
  • se pencher maladroitement ou pendant de longues périodes
  • pousser, tirer, soulever ou transporter quelque chose
  • rester debout ou assis pendant de longues périodes
  • tension du cou vers l’avant, par exemple lorsque vous conduisez ou utilisez un ordinateur
  • de longues séances de conduite sans pause, même si elles ne sont pas en voûte plantaire
  • dormir sur un matelas qui ne soutient pas le corps et maintient la colonne vertébrale droite

AUTRES CAUSES

Certaines conditions médicales peuvent entraîner des maux de dos.

  • Le syndrome de la queue de cheval (Cauda Equina) : Le Cauda Equina est un faisceau de racines nerveuses de la colonne vertébrale qui proviennent de l’extrémité inférieure de la moelle épinière. Les symptômes comprennent une douleur sourde dans le bas du dos et le haut des fesses, ainsi qu’un engourdissement des fesses, des organes génitaux et des cuisses. Il y a parfois des troubles des fonctions intestinales et vésicales.
  • Cancer de la colonne vertébrale : Une tumeur sur la colonne vertébrale peut appuyer contre un nerf, provoquant des douleurs dorsales.
  •  Infection de la colonne vertébrale : Une fièvre et une zone sensible et chaude sur le dos peuvent être dues à une infection de la colonne vertébrale.
  •  Autres infections : Les maladies inflammatoires pelviennes, les infections de la vessie ou des reins peuvent également entraîner des douleurs dorsales.
  • Troubles du sommeil : Les personnes atteintes de troubles du sommeil sont plus susceptibles de souffrir de maux de dos que les autres.

Facteurs de risque

Les facteurs suivants sont liés à un risque plus élevé de développer des lombalgies :

  •  activités professionnelles
  • grossesse
  • un mode de vie sédentaire
  • une mauvaise forme physique
  • âge plus avancé
  • obésité et surpoids
  • tabagisme
  • l’exercice ou le travail physique intense, surtout s’il n’est pas fait correctement
  • facteurs génétiques
  • conditions médicales, comme l’arthrite et le cancer

Les douleurs lombaires ont également tendance à être plus fréquentes chez les femmes que chez les hommes, peut-être en raison de facteurs hormonaux. Le stress, l’anxiété et les troubles de l’humeur ont également été associés aux maux de dos.

Symptômes

Le principal symptôme de la douleur dorsale est une douleur ou une douleur n’importe où dans le dos, et parfois jusqu’aux fesses et aux jambes.

Certains problèmes de dos peuvent causer des douleurs dans d’autres parties du corps, selon les nerfs touchés.

La douleur disparaît souvent sans traitement, mais si elle survient chez l’une des personnes suivantes, elles devraient consulter leur médecin :

  • perte pondérale
  • fièvre
  • inflammation ou enflure du dos
  • maux de dos persistants, lorsque le fait de s’allonger ou de se reposer n’aide pas
  • douleur le long des jambes
  • douleur qui atteint sous les genoux
  • une blessure, un coup ou un traumatisme récent au dos
  • incontinence urinaire
  • difficulté à uriner
  • incontinence fécale ou perte de contrôle des selles
  • engourdissement autour des parties génitales
  • engourdissement autour de l’anus
  • engourdissement autour des fesses

QUAND CONSULTER UN MÉDECIN ?

Vous devriez consulter un médecin si vous ressentez des engourdissements ou des picotements, ou si vous avez mal au dos :

  • qui ne s’améliore pas avec le repos
  • après une blessure ou une chute
  • avec des engourdissements dans les jambes
  • avec faiblesse
  • avec de la fièvre
  • avec perte de poids inexpliquée

Diagnostic

Un médecin sera généralement en mesure de diagnostiquer un mal de dos après avoir posé des questions sur les symptômes et effectué un examen physique.

Un examen d’imagerie et d’autres tests peuvent être nécessaires si :

  • le mal de dos semble résulter d’une blessure
  • il peut y avoir une cause sous-jacente qui nécessite un traitement
  • la douleur persiste pendant une longue période

Une radiographie, une IRM ou une tomodensitométrie peuvent donner des informations sur l’état des tissus mous du dos.

  • Les radiographies peuvent montrer l’alignement des os et détecter des signes d’arthrite ou de fracture, mais elles peuvent ne pas révéler de dommages dans les muscles, la moelle épinière, les nerfs ou les disques.
  • L’IRM ou la tomodensitométrie peuvent révéler des hernies discales ou des problèmes de tissus, tendons, nerfs, ligaments, vaisseaux sanguins, muscles et os.
  • Les scintigraphies osseuses permettent de détecter les tumeurs osseuses ou les fractures de compression causées par l’ostéoporose. Une substance radioactive ou un traceur est injecté dans une veine. Le traceur se fixe sur les os et aide le médecin à détecter les problèmes osseux à l’aide d’une caméra spéciale.
  • L’électromyographie ou EMG mesure les impulsions électriques produites par les nerfs en réponse aux muscles. Ceci peut confirmer la compression nerveuse, qui peut survenir lors d’une hernie discale ou d’une sténose rachidienne.

Le médecin peut également ordonner un test sanguin en cas de suspicion d’infection.

AUTRES TYPES DE DIAGNOSTIC

Un chiropraticien manipule et ajuste le dos d’un patient.

  • Un chiropraticien diagnostiquera par le toucher, ou la palpation, et un examen visuel. La chiropratique est connue sous le nom d’approche directe, avec un fort accent sur l’ajustement des articulations vertébrales. Un chiropraticien peut aussi vouloir voir les résultats des examens d’imagerie et des analyses de sang et d’urine.
  • L’ostéopathe diagnostique également par la palpation et l’inspection visuelle. L’ostéopathie implique des étirements lents et rythmés, appelés techniques de mobilisation, de pression ou indirectes, et de manipulation des articulations et des muscles.
  • Un physiothérapeute se concentre sur le diagnostic des problèmes dans les articulations et les tissus mous du corps.

DOULEUR CHRONIQUE OU AIGUË ?

Les maux de dos se divisent en deux catégories :

  • La douleur aiguë commence soudainement et dure jusqu’à 6 semaines.
  • La douleur chronique ou à long terme se développe sur une plus longue période, dure plus de 3 mois et cause des problèmes continus.

Si une personne a à la fois des accès occasionnels de douleurs plus intenses et des douleurs lombaires légères assez continues, il peut être difficile pour un médecin de déterminer si elle souffre de douleurs dorsales aiguës ou chroniques.

Traitement

Les maux de dos disparaissent habituellement avec le repos et les remèdes maison, mais parfois un traitement médical est nécessaire.

SOINS À DOMICILE

Les analgésiques en vente libre, habituellement des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), comme l’ibuprofène, peuvent soulager l’inconfort. L’application d’une compresse chaude ou d’un sac de glace sur la zone douloureuse peut également réduire la douleur.

Le fait de se reposer après une activité intense peut aider, mais le fait de se déplacer soulagera la raideur, réduira la douleur et empêchera les muscles de s’affaiblir.

TRAITEMENT MÉDICAL

Si les traitements à domicile ne soulagent pas les maux de dos, un médecin peut recommander les médicaments suivants, la physiothérapie ou les deux.

Médicaments : Les maux de dos qui ne répondent pas bien aux analgésiques en vente libre peuvent nécessiter une ordonnance d’AINS. La codéine ou l’hydrocodone, qui sont des narcotiques, peuvent être prescrits pour de courtes périodes. Celles-ci doivent être surveillées de près par le médecin. Dans certains cas, des relaxants musculaires peuvent être utilisés.

Des antidépresseurs, comme l’amitriptyline, peuvent être prescrits, mais des recherches sont en cours sur leur efficacité et les preuves sont contradictoires.

Thérapie physique : L’application de chaleur, de glace, d’ultrasons et d’une stimulation électrique – ainsi que certaines techniques de relâchement musculaire aux muscles du dos et aux tissus mous – peuvent aider à soulager la douleur.

Au fur et à mesure que la douleur s’améliore, le physiothérapeute peut introduire des exercices de souplesse et de force pour le dos et les muscles abdominaux. Les techniques d’amélioration de la posture peuvent également être utiles.

Le patient sera encouragé à pratiquer les techniques régulièrement, même après que la douleur soit partie, pour prévenir la récurrence des douleurs dorsales.

Injections de cortisone : Si d’autres options ne sont pas efficaces, elles peuvent être injectées dans l’espace épidural, autour de la moelle épinière. La cortisone est un anti-inflammatoire. Il aide à réduire l’inflammation autour des racines nerveuses. Les injections peuvent également être utilisées pour engourdir les zones que l’on croit être à l’origine de la douleur.

Botox : Le Botox (toxine botulique), selon certaines études antérieures, est censé réduire la douleur en paralysant les muscles entortillés dans les spasmes. Ces injections sont efficaces pendant environ 3 à 4 mois.

Traction : Des poulies et des poids sont utilisés pour étirer le dos. Cela peut entraîner une hernie discale qui se remet en place. Il peut également soulager la douleur, mais seulement lorsque la traction est appliquée.

Thérapie cognitivo-comportementale (TCC) : La TCC peut aider à gérer les maux de dos chroniques en encourageant de nouvelles façons de penser. Il peut comprendre des techniques de relaxation et des moyens de maintenir une attitude positive. Des études ont montré que les patients atteints de TCC ont tendance à devenir plus actifs et à faire de l’exercice, ce qui réduit le risque de récidive des maux de dos.

THÉRAPIES COMPLÉMENTAIRES

Les thérapies complémentaires peuvent être utilisées en complément des thérapies conventionnelles ou seules.

La chiropratiquel’ostéopathie, le shiatsu et l’acupuncture peuvent aider à soulager le mal de dos et à encourager le patient à se sentir détendu.

  • Un ostéopathe se spécialise dans le traitement du squelette et des muscles.
  • Un chiropraticien traite les problèmes articulaires, musculaires et osseux. L’accent est mis sur la colonne vertébrale.
  • Le shiatsu, aussi connu sous le nom de thérapie par pression des doigts, est un type de massage où la pression est appliquée le long des lignes énergétiques du corps. Le thérapeute shiatsu applique une pression avec les doigts, les pouces et les coudes.
  • L’acupuncture est originaire de Chine. Il consiste à insérer de fines aiguilles et des points spécifiques dans le corps. L’acupuncture peut aider le corps à libérer ses analgésiques naturels – les endorphines – en plus de stimuler les tissus nerveux et musculaires.
  • L’acupression qui est un peu l’acuponcture sans les aiguilles mais qui aide tout autant le corps à libérer ses fameuses endorphines. Les tapis de fleurs apportent une aide précieuse.
  • Le yoga implique des poses, des mouvements et des exercices respiratoires spécifiques. Certains peuvent aider à renforcer les muscles du dos et à améliorer la posture. Il faut veiller à ce que les exercices n’aggravent pas les maux de dos.

Les études sur les thérapies complémentaires ont donné des résultats mitigés. Certaines personnes ont bénéficié d’avantages importants, tandis que d’autres n’en ont pas bénéficié. Il est important, lorsqu’on envisage des thérapies alternatives, de faire appel à un thérapeute bien qualifié et agréé.

La stimulation électrique transcutanée des nerfs (TENS) est une thérapie populaire pour les patients souffrant de douleurs dorsales chroniques. La machine TENS délivre de petites impulsions électriques dans le corps par l’intermédiaire d’électrodes qui sont placées sur la peau.

Les experts croient que le TENS encourage l’organisme à produire des endorphines et peut bloquer les signaux de douleur qui retournent vers le cerveau. Les études sur la TENS ont donné des résultats mitigés. Certains n’ont révélé aucun avantage, tandis que d’autres ont indiqué qu’il pourrait être utile pour certaines personnes.

Un appareil TENS doit être utilisé sous la direction d’un médecin ou d’un professionnel de la santé.

Il ne devrait pas être utilisé par quelqu’un qui:

  • est enceinte
  • a des antécédents d’épilepsie
  • a un pacemaker
  • a des antécédents de maladie cardiaque

Le TENS est considéré comme  » sûr, non invasif, peu coûteux et convivial pour le patient « , et il semble réduire la douleur, mais d’autres preuves sont nécessaires pour confirmer son efficacité à améliorer les niveaux d’activité.

Les machines TENS et autres méthodes de soulagement de la douleur peuvent être achetées en ligne.

CHIRURGIE

La chirurgie pour les maux de dos est très rare. Si un patient a une hernie discale, la chirurgie peut être une option, surtout s’il y a une douleur persistante et une compression nerveuse qui peut entraîner une faiblesse musculaire.

Voici des exemples d’interventions chirurgicales :

  • Fusion : Deux vertèbres sont reliées entre elles, avec une greffe osseuse insérée entre elles. Les vertèbres sont attelées avec des plaques métalliques, des vis ou des cages. Il y a un risque significativement plus élevé que l’arthrite se développe par la suite dans les vertèbres adjacentes.
  • Disque artificiel : Un disque artificiel est inséré ; il remplace le coussin entre deux vertèbres.
  • Diskectomie : Une partie d’un disque peut être enlevée si elle est irritante ou si elle appuie contre un nerf.
  • Enlever partiellement une vertèbre : Une petite section d’une vertèbre peut être enlevée si elle pince la moelle épinière ou les nerfs.

Injection de cellules pour régénérer les disques intervertébraux : Des scientifiques de l’Université Duke, en Caroline du Nord, ont mis au point de nouveaux biomatériaux qui peuvent administrer une injection de rappel de cellules réparatrices au noyau pulpeux, éliminant efficacement la douleur causée par la discopathie dégénérative.

Prévention

Les mesures visant à réduire le risque de développer des maux de dos consistent principalement à s’attaquer à certains des facteurs de risque.

Faites de l’exercice : L’exercice régulier aide à développer la force et à contrôler le poids corporel. Les activités aérobiques guidées et à faible impact peuvent améliorer la santé cardiaque sans effort ni secousses dans le dos. Avant de commencer un programme d’exercices, parlez-en à un professionnel de la santé.

Il y a deux principaux types d’exercices que les gens peuvent faire pour réduire le risque de maux de dos :

  • Les exercices de renforcement du tronc travaillent les muscles abdominaux et dorsaux, aidant à renforcer les muscles qui protègent le dos.
  • L’entraînement à la flexibilité vise à améliorer la flexibilité du tronc, y compris la colonne vertébrale, les hanches et le haut des jambes.

Régime alimentaire : Assurez-vous que votre alimentation contient suffisamment de calcium et de vitamine D, car ceux-ci sont nécessaires à la santé des os. Une alimentation saine aide aussi à contrôler le poids corporel.

Fumer : Un pourcentage significativement plus élevé de fumeurs ont des maux de dos comparativement aux non-fumeurs du même âge, de la même taille et du même poids.

Poids corporel : Le poids que portent les gens et l’endroit où ils le portent influent sur le risque de développer des maux de dos. La différence de risque de maux de dos entre les personnes obèses et celles de poids normal est considérable. Les personnes qui portent leur poids dans la région abdominale par rapport aux fesses et à la hanche sont également plus à risque.

Posture en position debout : Assurez-vous d’avoir une position pelvienne neutre. Tenez-vous droit, la tête tournée vers l’avant, le dos droit et équilibrez votre poids uniformément sur les deux pieds. Gardez vos jambes droites et votre tête en ligne avec votre colonne vertébrale, pour vous y aider d’efficaces ceintures de maintient existent et peuvent vous apporter un réel plus.

Si vous utilisez régulièrement un ordinateur, il est important de vous assurer d’avoir une chaise avec un bon support dorsal et d’adopter une bonne posture et position de tête.

Posture assise : Un bon siège pour travailler doit avoir un bon support dorsal, des accoudoirs et une base pivotante. Lorsque vous êtes assis, essayez de garder vos genoux et vos hanches à niveau et de garder vos pieds à plat sur le sol, ou utilisez un pouf. Idéalement, vous devriez être en mesure de vous asseoir droit avec un soutien dans le creux de votre dos. Si vous utilisez un clavier, assurez-vous que vos coudes sont à angle droit et que vos avant-bras sont horizontaux.

Levage : Lorsque vous soulevez des objets, utilisez vos jambes pour soulever des objets, plutôt que votre dos.

Gardez votre dos aussi droit que possible, en gardant les pieds écartés avec une jambe légèrement en avant pour maintenir votre équilibre. Pliez seulement les genoux, tenez le poids près de votre corps et redressez les jambes tout en changeant le moins possible la position de votre dos.

Au début, il est inévitable de plier le dos, mais lorsque vous pliez le dos, essayez de ne pas vous baisser et serrez les muscles de votre ventre pour que votre bassin soit tiré vers l’intérieur. Plus important encore, ne redressez pas vos jambes avant de soulever des objets, sinon vous utiliserez votre dos pour la majeure partie du travail.

Ne pas soulever et tourner en même temps : Si quelque chose est particulièrement lourd, voyez si vous pouvez le soulever avec quelqu’un d’autre. Pendant que vous soulevez, continuez à regarder droit devant vous, et non vers le haut ou vers le bas, de sorte que l’arrière de votre cou soit comme une ligne droite continue à partir de votre colonne vertébrale.

Déplacer des choses : Il est préférable pour votre dos de pousser les choses sur le sol, en utilisant la force de vos jambes, plutôt que de les tirer.

Chaussures : Les chaussures plates sollicitent moins le dos.

Conduire : Il est important d’avoir un bon soutien pour votre dos. Assurez-vous que les rétroviseurs extérieurs sont bien positionnés pour ne pas avoir à vous tordre. Les pédales doivent être bien en face de vos pieds. Si vous faites un long voyage, faites de nombreuses pauses. Sortez de la voiture et promenez-vous.

Lit : Vous devriez avoir un matelas qui maintient votre colonne vertébrale droite, tout en supportant le poids de vos épaules et de vos fesses. Utilisez un oreiller, mais pas un oreiller qui forcera votre cou dans un angle trop important.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.